Une vie d’infortune

« Immersion intrigante dans la peau d’un tueur à gages, ce seul en scène de Fabrice Gardin vous flingue de plaisir, sans bavure, entre les deux yeux. Marc De Roy incarne cet assassin, homme solitaire et sans nom, mais pas sans âme, qui se dévoile progressivement, entre l’amour de son métier d’artisan et les regrets d’une vie de solitude. Surprenant. » Catherine Makereel, Le Soir, MAD, 2008.

Voici l’histoire d’un homme sans nom. Un homme solitaire, méthodique et consciencieux, qui a appris son métier avec son père, comme un bon artisan. Un invisible qui accomplit ses contrats avec soin. Il pense avoir le contrôle, il essaye de maîtriser les événements. Mais la vie tourne. La vie change. Notre homme perd pied, peu à peu, pour se retrouver dans un monde décalé qu’il ne peut pas abattre. Il se sait observé, alors il se confie. Il s’invente même un nom. Un nom d’emprunt. Vincent. Une référence. C’est le prénom de Travolta dans Pulp Fiction.
Un hasard ? Sans aucun doute ! « Dans mon domaine, ce que je déteste le plus, c’est l’amateurisme. Tous ceux qui ne sont ni formés ni habilités à tailler dans le vif ne méritent que mon mépris. »

La musique est omniprésente dans ce spectacle créé il y a 10 ans au Théâtre L’Arrière-Scène à Bruxelles. A l’occasion de cette reprise, le compositeur de la musique, Laurent Ancion, se produira en live durant la représentation.

Les artistes de ce spectacle nous sont familiers : Fabrice Gardin est passé deux fois par le Théâtre Jardin Passion avec Perplexe de Marius von Mayenburg et Destin ; Marc De Roy y a joué L’hôtel du libre-échange de Feydeau. C’est donc avec un plaisir avoué que nous les accueillons à nouveau.

Du jeudi, 18 octobre 2018
Au samedi, 20 octobre 2018
Heure 20:30
Durée 1H
Distribution

De :
Fabrice Gardin.
Avec :
Marc De Roy accompagné de Laurent Ancion au piano.
Mise en scène :
Fabrice Gardin. Lumières : Félicien van Kriekinge